abîme
étymologie
(début XIIe siècle) Du latin abismus.

nom

SingulierPluriel
abîmeabîmes

abîme \a.bim\ masculin (orthographe traditionnelle)

  1. (Géographie) Gouffre très profond.
    • Oui ! tous les malheureux naufragés étaient là ! L’abîme n’en avait pas encore pris un seul. (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Abîme vient du grec et veut dire « sans fond ». Il est à ce propos surprenant que Racine – qui avait fait du grec – ait laissé échapper dans Athalie'' cet alexandrin malencontreux :/>Que du fond de l’abîme entr’ouvert sous ses pas. (Michel Tournier, Pour saluer Gédéon, le petit canard jaune de Benjamin Rabier, dans Les vertes lectures'', collection Folio, 2007, page 142)

    • (Figuré) Ils restèrent longtemps ainsi, silencieux, séparés déjà par tout un abîme, par toutes ces choses européennes qui dominaient tyranniquement sa vie à lui et qu’elle, Yasmina, ne comprendrait jamais… (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
  2. (Par extension) (Figuré) Abondance excessive.
    • Dès lors le monde entier ne fut plus qu’un abîme de guerre et de massacre. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 414 de l’éd. de 1921)
  3. Chose qui entraîne à une dépense ruineuse.
    • Le jeu, les procès sont des abîmes.
  4. (Figuré) Chose qui est impénétrable à la raison, ou très difficile à connaître.
    • Je sais, Madame, combien votre pénétration est grande, je sais combien le terrain de la cour est semé de dangereux abîmes […] (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • Telle est la chair des femmes, un abîme où s’engloutir sans recours, et celle des vierges un brasier qui consume l’âme. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • L’infini est un abîme pour l’esprit humain. Le cœur de l’homme est un abîme.
    • Les jugements de Dieu sont des abîmes. Les abîmes de la sagesse, de la miséricorde de Dieu.
  5. (religion) (quelquefois) (Absolument) L’enfer.
    • Les anges rebelles ont été précipités dans l’abîme. Le puits de l’abîme.
  6. (Héraldique) Centre de l’écu. Voir en abîme.
    • Abîme ou Cœur. Nom du centre de l’écu (I, 2, A). (Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général : précédé d’un Dictionnaire des termes du blason, tome 1 (A–K), G. B. van Goor Zonen, Gouda, 1884)
    • WavrinFlandre. D’azur à un écusson d’arg. en abîme. (Jean-Baptiste Rietstap, Armorial général : précédé d’un Dictionnaire des termes du blason, tome 2 (L–Z), G. B. van Goor Zonen, Gouda, 1887)
synonymes
traductions
traductions
traductions
traductions
traductions
traductions
forme fléchie

abîme \a.bim\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe abîmer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe abîmer.
    • La rockeuse d’héroïne devient à son tour croqueuse de diamant et s’abîme en des délires successifs, peut-être pour oublier sa condition de Sous-développée, elle l’enfant gâtée des Caraïbes. (Bulletin critique du livre français, numéros 568 à 572, 1996, page 682)
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe abîmer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe abîmer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent du verbe abîmer.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.012
Dictionnaire Français