montagne
étymologie
Du bas latin montanea, féminin substantivé de l’adjectif montaneus, altération du latin classique montanus.
Ce mot a remplacé mont dans la plupart de ses emplois.

nom

SingulierPluriel
montagnemontagnes

montagne \mɔ̃.taɲ\ féminin

  1. (Géographie) Relief topographique présentant des versants prononcés (par opposition à « haut plateau » situé en altitude mais ne présentant pas le caractère montagneux).
    • La plupart des montagnes de Walachie sont garnies de bois composés de poiriers, de cerisiers, d'abricotiers et autres arbres fruitiers qui donnent aux forêts l'aspect d'immenses vergers. (Edme Mentelle & Conrad Malte-Brun, Géographie mathématique, physique & politique de toutes les parties du monde, volume 16, 1803, page 272)
    • Nous profitons de la clarté pour faire l’ascension d'une montagne de 400 mètres de hauteur qui domine Thorshavn. (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 35)
    • Mahomet, on le sait, commanda un jour à une montagne de venir au-devant de lui; la montagne, naturellement, ne bougea pas d'un pouce. Ce que voyant, le prophète musulman ne trouva rien de mieux que de se rendre jusqu'à elle. (Rodolphe Girard, Marie Calumet, Montréal, 1904, chapitre XII)
    • Mais nous sommes déjà dans les faubourgs. Les maisons s’espacent, se reculent, s’adossent à la rivière ou à la montagne. (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • Ce jour-là, précisément, Étienne Lecourt, par le sentier abrupt, hérissé de rochers et bordé de déclivités dangereuses, qui serpente au flanc de la montagne, avait grimpé jusqu’à Cornabeuf […]. (Louis Pergaud, La Disparition mystérieuse, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les montagnes s’élevant à des hauteurs majestueuses formaient une espèce de cirque, d’immense amphithéâtre naturel autour du bassin qu’ la rade […]. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Rainie adorait ces montagnes. […]. Elle pensait que la nature se devait d'être grandiose, une présence suffisamment majestueuse pour faire trembler dans leurs bottes les simples mortels. (Lisa Gardner, Disparue, traduit de l'américain par Cécile Deniard, Éditions Albin Michel, 2008, chap. 10)
    • (proverbial) La montagne a enfanté une souris, se dit lorsque de grands projets n’aboutissent à rien.
    • (proverbial) Il ferait battre des montagnes, se dit de quelqu’un qui réussit à semer partout la discorde.
  2. Région en altitude où l’on séjourne pour son plaisir ou pour sa santé.
    • Aller à la montagne.
    • Passer plusieurs mois à la montagne.
    • On lui a ordonné l’air de la montagne.
  3. (histoire) (FR) Sous la Convention, les bancs les plus élevés de l’assemblée, (Par métonymie) le parti démocrate qui y siégeait. Par allusion, se dit quelquefois du parti qui, dans une assemblée parlementaire, représente les opinions les plus avancées.
    • Il siégeait sur la montagne.
    • Il appartenait à la montagne.
  4. (Figuré) (Par extension) Amas considérable.
    • Les cheminées et les toits de chaume, à droite et à gauche de la route, dépassaient à peine les montagnes de neige, […]. (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • J’ai une montagne de paperasse sur mon bureau.
  5. (Figuré) (Par analogie) Grande difficulté.
    • Les exercices consistaient par exemple à aborder des inconnus dans la rue pour demander son chemin, à solliciter des conseils dans une pharmacie… Des échanges sociaux naturels pour la plupart des gens, parfois une montagne pour des personnes avec des troubles cognitifs. (« On amène les gens à faire des expériences » : contre la schizophrénie, des soignants-accompagnants bousculent les codes)
    • Se faire une montagne d’une chose, s’exagérer l’importance, la difficulté d’une chose.
synonymes traductions
Montagne
nom propre

Montagne

  1. (France) (histoire) Parti le plus révolutionnaire qui anima les actions de la Convention.
    • … ; le titre de physicien du roi fit, en 93, emprisonner mon père; mais, grâce à quelques amitiés que j'avais avec la Montagne, je parvins à le faire relâcher. (Alexandre Dumas, ''Les Mille et Un Fantômes)
  2. (Géographie) Commune française, située dans le département de la Gironde.
  3. (Géographie) Commune française, située dans le département de l’Isère.
  4. (Géographie) Ancien nom de la commune française Montagne-Fayel.

nom propre

Montagne

  1. (Géographie) Commune d’Italie de la province de Trente dans la région du Trentin-Haut-Adige.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.019
Dictionnaire Français