porte
étymologie
Du latin porta, qui supplanta les mots fores#la|fores et janua.

nom

SingulierPluriel
porteportes

porte \pɔʁt\ féminin

  1. (menu) Ouverture battante dans un mur qui permet d’entrer ou sortir d’un endroit.
    • Il remarqua que la porte de dehors n’était fermée qu’au loquet alors que, la veille au soir, il était sûr d’avoir poussé le verrou. (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • A cet instant, la porte de la rue s’ouvrit et un homme encore jeune, visiblement saoul, entra. C’était le comique du quartier. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • M. Constant pressa le bouton d'une sonnerie et jeta un ordre au gardien qui surgit dans l’entre-bâillement de la porte. (Francis Carco, Les Hommes en cage, Éditions Albin Michel, Paris, 1936, p. 151)
    • La veille de ce mercredi 12 juin, mon ami Maurice Andin, […], avait été arrêté à son domicile et la police y avait laissé un inspecteur. C'est lui qui m’ouvrit la porte lorsque je tombai dans la souricière. (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Il poussa la porte si fort que le fer à cheval suspendu au linteau de chêne tinta faiblement. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. Élément qui ferme certains meubles ou certaines constructions servant à divers usages.
    • Les portes d’un buffet.
    • La porte d’une cage.
    • La porte d’un four.
    • Les quelques milles qui séparent Cristobal de Gatun furent vite franchis et les portes de la grande écluse triple s'ouvrirent devant moi. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  3. Ouverture permettant le passage dans l’enceinte d'une ville ; accès à cette ville souvent fortifié et défendu dans une muraille.
    • Nous avancions tristes et mornes, mais tout à coup se présente la magnifique ville de Troyes avec sa porte guerrière, son menaçant béfroi, ses hauts boulevards, ses hautes tours, ses longues murailles crénelées. (Amans-Alexis Monteil, Histoire des Français des divers états aux cinq derniers siècles, 1830, page 30)
    • Ce jeune gentilhomme, comme l’avait annoncé l’amiral, entrait à Paris par la porte Saint-Marcel vers la fin de la journée du 24 août 1572. (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IV)
    • Une antique muraille encerclait la cité, livrant passage, par une vaste et belle porte fortifiée, à une grand’route bordée d’arbres. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 105 de l’éd. de 1921)
    • La ville avait la réputation d’être imprenable ; son château s’élevait à l’est et la ceinture de murailles qui entourait la cité venait s’y attacher ; des portes, des bastions, des fossés formaient un respectable appareil de défense. (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)
  4. (Par analogie) Tout passage d’un lieu ou d’une situation, à un autre.
    • Bon vin, bons mots, gaillardes chansonnettes,
      Sont aiguillons aux amoureux désirs,
      En toute porte entr’ouverte aux plaisirs
      L'adroit Amour aisément s'insinue.
      (Jean de la Fontaine, Le Sassenage -1691- Conte, dans Contes et nouvelles en vers, V.3, 1762, page 185)
    • Cet emploi est la porte qui vous mènera aux plus hautes fonctions.
  5. (sport) Espace entre deux piquets lors d’un slalom.
  6. (Géographie) Gorge ; défilé.
    • Les portes de Cilicie.
  7. (Télécommunications) Signal permettant de sélectionner les parties d’une onde au cours d’un ou plusieurs intervalles de temps.
  8. Sorte de petit anneau où l’on fait entrer le crochet d’une agrafe et qui sert à la retenir.
    • Il faut mettre cette porte bien en face de cette agrafe.
  9. (composants) Unité de base d’une fonction logique combinatoire.
  10. (Figuré) (Par analogie) Lieu d’entrée ou de sortie d’un territoire.
    • La Turquie représente la porte de l’Orient.
  11. (Figuré) Territoire proche ; se rapporte à un événement proche de chez soi.
    • L’Empire chérifien n'était plus qu'un anachronisme condamné à disparaître, un sépulcre blanchi que l’Europe du XXe siècle ne pouvait plus tolérer à sa porte. (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, page 117)
    • La guerre culturelle n’est jamais très loin de votre porte dans l’Amérique contemporaine. (Douglas Kennedy : « Le capitalisme américain s’effondrera-t-il comme un château de cartes quand le Covid-19 sera dompté ? »)

traductions
traductions
traductions
adjectif

SingulierPluriel
porteportes

porte \pɔʁt\ masculin et féminin identiques

  1. (anatomie) Qualifie les parties du système circulatoire des vertébrés qui vont d'un réseau capillaire à un autre, sans passer par le cœur.
    • La veine porte, ses branches afférentes et ses branches de division intra-hépatiques ont un flux hépatopète et une analyse spectrale similaire. (Marie-Christine Plainfossé, L'écho-doppler couleur en pratique viscérale et périphérique, Masson, 1997, page 170)
    • Ces communications permettent l'établissement d'une circulation collatérale dans les cas d'obstruction intra- ou extrahépatique du système veineux porte. (Keith L. Moore & Arthur F. Dalley, Anatomie médicale: Aspects fondamentaux et applications cliniques, De Boeck Supérieur, 2006, page 278)
    • Les branches les plus volumineuses de ces deux vaisseaux cheminent côte à côte dans des tractus fibreux, appelés espaces portes, accompagnés par les canaux biliaires qui véhiculent la bile dans la direction opposée. (Paul Richard Wheater, Barbara Young & John W. Heath, Histologie fonctionnelle, De Boeck Supérieur, 2004, page 274)
forme fléchie

porte \pɔʁt\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de porter.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de porter.
    • Daudet porte sa maladie avec dignité, certes, mais la souffrance est usante et elle fait ressortir la désillusion des bonheurs perdus. (Christiane Chamand-Debenest, Daudet bonhomme et cruel à travers sa sensualité à fleur de peau, Le Petit chose : périodique de culture populaire et de documentation universitaire, juillet 2001, page 124)
    • Le contrôle que la Cour de cassation exerce sur la décision du juge du fond porte sur le point de savoir si ce juge a, d’une part, reconnu à bon droit un effet direct à la disposition de droit international ou supranational en cause et, d’autre part, considéré à bon droit également que la norme interne litigieuse était incompatible (ou compatible) avec cette disposition. (Philippe Gérard, ‎Hakim Boularbah, ‎Jean-François van Drooghenbroeck, Pourvoi en cassation en matière civile, 2012)
    • ''La bronche principale droite est courte (2 cm), large, presque rectiligne, plus postérieure que la gauche, et se porte en bas, en arrière et en dehors, elle se divise en :
      ''– une bronche lobaire supérieure droite, qui elle-même trifurque en bronche segmentaire apicale, bronche segmentaire postérieure et bronche segmentaire antérieure ;
      – une bronche lobaire moyenne droite qui bifurque en bronches segmentaires latérale et médiale et une bronche lobaire inférieure droite qui se dédouble en une petite bronche segmentaire apicale et un gros tronc basal qui continue la direction générale de l’axe bronchique droit ; ce tronc lui-même quadrifurque habituellement en bronches segmentaires basale médiale, basale antérieure, basale latérale, basale postérieure. (Christophe Oberlin, Christian Vacher, Jean-Louis Berthelot, Précis d’anatomie, 11e édition)
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de porter.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de porter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de porter.

Porte
étymologie
Calque du turc Bâb-ı Âli (« haute porte »)  composé de bâb (« porte, palais »), ı et âli, de l’arabe باب عالي, plus tard appelé, en turc, Topkapı [saray] (« [palais de la] porte ronde »).

nom propre

Porte \pɔʁt\ féminin singulier

  1. (histoire) gouvernement#fr|Gouvernement de l’empire ottoman jusqu’en 1918.
    • Voici les principales conditions proposées par les insurgés:
      « La Servie formera une principauté indépendante et particulière ; elle paiera tous les ans à la Sublime-Porte une somme de 2600 bourses ; elle élira son prince ; la Porte paiera toutes les dettes contractées jusqu'ici par le pays pour soutenir la guerre. »
      (Le Journal de l'Empire, du vendredi 9 janvier 1807, page 1)
    • La Porte Ottomane fut la première à abandonner la maxime que suit encore la Grande-Bretagne. (Anonyme, Droit maritime. De la Neutralité, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • La Porte respecte ordinairement le caractère des patriarches. (Anonyme, Pays musulmans. - Les Rayas, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Quand, en 1906, s'éleva entre la Porte et l'Égypte un conflit à propos de la souveraineté territorial sur Taba, près d'Aqaba, le parti national de Mustafa Kamil […] ne tenait pas tellement à conserver ce territoire à l'Égypte. (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.86)
synonymes
traductions
nom propre

Porte

  1. (Géographie) Commune d’Italie de la province de Turin dans la région du Piémont.

nom de famille

Porte \pɔʁt\

  1. Nom de famille français.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.023
Dictionnaire Français