tondre
étymologie
Du latin tondeo.

verbe

tondre \tɔ̃dʁ\ transitif conjugaison

  1. Couper à ras la laine ou le poil des bêtes.
    • Tondre les brebis, les troupeaux.
    • Tondre un barbet.
  2. (familier) Couper les cheveux de près avec des ciseaux, avec une tondeuse.
    • Il est nouvellement tondu.
    • Il est tondu de frais.
  3. (En particulier) Raser la tête.
    • Il se tond la boule une fois par semaine.
  4. (En particulier) Faire une tonsure à un moine, un ecclésiastique.
    • Quiconque pénètre en ce lieu est fait incontinent moine de l’ordre, sans pour cela qu’on le tonde […] (Charles-Augustin Sainte-Beuve, Tableau historique et critique de la poésie française et du théâtre français au XVIe siècle, 1828)
  5. (Par extension) Couper ras de la végétation.
    • Tondre une palissade.
    • Vous ferez épaissir cette palissade en la tondant.
    • Tondre les buis, le gazon.
    • Les brebis ont tondu entièrement ce pré, elles en ont brouté toute l’herbe.
  6. (Par extension) Égaliser une surface.
    • Cette industrie du drap est en effet l'une des plus complexes, et le nombre des opérations nécessaires pour transformer la laine brute en produit fini est très élevé. Il fallait trier la laine, la teindre, la mélanger, la carder, la filer, la tisser, dégraisser le tissu, le fouler, le lainer, le tondre, l'épinceter, et enfin lui donner de l'éclat en le pressant. (André Maurois, histoire de l'Angleterre, Fayard & Cie, 1937, p.235)
  7. (Figuré) (familier) Dépouiller quelqu’un de son argent, de ses biens.
    • Tondre quelqu’un.
    • Ces aigrefins l’ont complètement tondu.
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.029
Dictionnaire Français