vain
étymologie
Du latin vanus.

adjectif

SingulierPluriel
Masculinvainvains
Fémininvainevaines

vain \vɛ̃\

  1. Qui est inutile, qui ne produit rien.
    • Marcoul reposait de si étrange façon qu’elle courut chercher l’officier de santé au village, mais c’était vain de lui poser des sangsues derrières les oreilles et de lui inciser les lobes : la paralysie avait envahi les deux cotés du corps. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Nous le rabrouâmes derechef, mais notre contre-attaque fut vaine. L'individu revint à la charge, pour la troisième fois. (Frédéric Delorca, Abkhazie: A la découverte d'une "République" de survivants, Editions du Cygne, 2010, p. 63)
  2. Qui est frivole, chimérique, qui n’a aucun fondement solide et raisonnable.
    • Nous sommes si présomptueux, que nous voudrions être connus de toute la terre , […] ; et nous sommes si vains, que l'estime de cinq ou six personnes qui nous environnent nous amuse et nous contente. (Blaise Pascal, Pensées, 1re partie, article 5 : Vanité de l'homme ; effets de l'amour-propre , §. 5, avant 1662, dans Lettres provinciales et Pensées, nouvelle édition, tome 2, Paris : chez Lefèvre, 1821, p. 88)
    • Quant aux discussions philosophiques, je pense qu’elles sont absolument vaines. On ne peut rien contrôler, rien vérifier. La vérité, qu’est-ce que cela veut dire ?. (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Tout ce qu’il entendait autour de lui, les tuyaux refilés d’une oreille à l’autre, les vaines discussions d’intérêts sordides, les propositions abracadabrantes, lui occasionnaient parfois des nausées. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette ↗, Éditions de l’Épi, Paris, 1930)
    • […] ; le système monétaire et le système du crédit reposent sur une vaine tradition de la valeur de l’or et offrent une instabilité presque fantastique. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 406 de l’éd. de 1921)
  3. Qui est orgueilleux, plein de vanité.
    • […] ; il est aussi vain qu’il est cupide, et il lui faut beaucoup d’argent pour subvenir à ses profusions. (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Il se rappelait les traits des jeunes femmes qui avaient cédé, à son charme, ou à ses cadeaux ; il souriait, dans le noir, glorieux et vain. (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
    • Je ne vous ferai point le détail de toutes nos extravagances quand on nous délaisse, vous en seriez trop vains. (Denis Diderot, Jacques le Fataliste, 1796)
synonymes
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français