bord
étymologie
De l’ancien bas frk bord (« bord d’un vaisseau »), apparenté à l’anglo-saxon et au vieil anglais bord (anglais board), au néerlandais boord.
L’emprunt à l’ancien bas francique s’est fait indépendamment de celui de l’ancien français bort#fro|bort (« planche » voir borde) à l’ancien bas francique bord (« planche »).

nom

SingulierPluriel
bordbords

bord \bɔʁ\ masculin

  1. Extrémité d’une surface ou ce qui la termine, la ligne qui forme le contour d’une chose.
    • Un morceau de savon traînait sur le bord de la baignoire en bois. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • (Figuré) A cette nouvelle, il tomba sans connaissance ; sa douleur le mit au bord du tombeau ; il fut longtemps malade. (Voltaire, Zadig, I. Le borgne, 1748)
    • Le bord d’une robe, d’un manteau, d’un verre. — Le bord, les bords d’un précipice.
    • ''— Cette petite demoiselle va se réchauffer avec un doigt de vin chaud !/>Un doigt ? Le verre tendu, si le cafetier relevait trop tôt le pichet à bec, je savais commander : « Bord à bord ! » (Colette, La maison de Claudine'', Hachette, 1922, coll. Livre de Poche, 1960, page 40.)

  2. (Figuré) Limite.
    • Pour la énième fois, je me fis la réflexion que, depuis un certain temps, je brûlais la chandelle par les deux bouts. En fait, j'étais au bord du surmenage professionnel. (James Patterson, Une ombre sur la ville, traduit de l'américain par Philippe Hupp, éditions L'Archipel, 2010, chap. 12)
  3. Tout ce qui s’étend vers les extrémités de certaines choses.
    1. (En particulier) Tout ce qui est depuis la partie concave d’un plat, d’une assiette, jusqu’à l’extrémité.
    2. (En particulier) Tout ce qui excède par en bas la forme d’un chapeau.
      • Sous son chapeau, à bords retroussés, apparaissaient, riches et crépus, des cheveux plutôt roux que blonds […] (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre IV)
  4. (En particulier) Terrain, sol qui est le long de la mer, d’un fleuve, autour d’un lac, etc.
    • Se promener sur le bord, sur les bords de la mer, sur le bord de l’eau.
    • Le bord, les bords d’une rivière, d’un lac, d’un étang.
    • Cette plante ne croît qu’au bord de la mer.
    • Les bords du Rhin sont fort pittoresques.
    • Cette rivière coule à pleins bords.
    • (Poétique) Les sombres bords : Les bords du Cocyte, l’enfer païen.
  5. Sorte de ruban ou galon, bande d’étoffe dont on borde certaines parties de l’habillement.
    • Mettre un bord à un chapeau, à une jupe.
  6. (marine) Côté d’un bateau.
    • De quel bord vient le vent ?
    • S’appuyer sur le bord d’un navire.
    • Sauter par-dessus bord.
    1. (Par métonymie) Le navire lui-même.
      • Le capitaine nous régala sur son bord.
  7. Il a tant de matelots, de soldats, de passagers à son bord.
  8. Prendre quelqu’un à bord, sur son bord.
  9. Monter à bord.
  10. Coucher à bord.
  11. Aller à bord. Envoyer à bord.
  12. Il était à bord de l’amiral.
  13. Être consigné à bord.
  14. Descendre, sortir du bord.
  15. Quitter le bord.
  16. (quelquefois) Bordée.
    • Courir des bords.
    • Louvoyer à petits bords.
    • Courir un bord à terre, un bord au large.
  17. (topologie) Pour une partie A d’un espace topologique, son adhérence privée de son intérieur. Un point x de X appartient au bord de A ssi tout voisinage de x rencontre à la fois A et son complémentaire.
  18. (Au pluriel) (Poétique) Régions, des contrées environnées d’eau.
    • Les bords africains, indiens.
    • Vivre sur les bords étrangers.
    • Il a quitté ces bords.
    • Il s’est éloigné de nos bords.
  19. Premier bord, second bord : (jeux) Au cinq-cents, le valet d’atout et le valet de l’autre sorte de même couleur ; ce sont les cartes les plus fortes, exception faite des jokers.
  20. (Figuré) Opinion.
    • Vous devez être, ironisais-je, un de ces anciens rebelles vendéens, un de ces nostalgiques royalistes. Je ne suis pas de ce bord-là. J’ai toujours été républicain. (A. M. Ivankov-Diaz, Moi, Jean Thomas Collot, fils de gueux, L’encre et le grattoir, 2017, ISBN 978-2-9562146-0-1)
  21. (Par métonymie) (Par euphémisme) Orientation sexuelle ; en particulier, homosexualité.
    • Il y a un type qui n’arrête pas de mater dans ma direction. Il sort sur son balcon, les yeux rivés sur moi ; il rentre et, derrière la vitre, reste un long moment tourné complètement face à moi. Il commence à me courir à la fin ! Je lui ai fait signe du revers de la main d’arrêter son cirque et de me lâcher en lui faisant comprendre que je ne suis pas de ce bord-là. (Hoda Barakat traduit par Philippe Vigreux, Courrier de nuit, Actes Sud, 2018, ISBN 978-2330113711)

traductions
traductions


Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.005
Dictionnaire Français