boîte
étymologie
(XIe siècle) Du moyen français , de l’ancien français boiste, du bas latin buxida, buxita, accusatif du latin pyxis, buxis ou buxa, du grec ancien πυξίς chacun de ces mots étant apparenté au mot « buis » (buxus en latin).

nom


boîte \bwat\ ou \bwɑt\ féminin (orthographe traditionnelle)

  1. Objet rigide et creux ayant la capacité de se fermer et qui a vocation à accueillir quelque chose.
    • Sans rien dire, je découvris ma boîte de biscuit, et je constatai la disparition de plusieurs galettes... Mon factotum n'avait pu résister à la tentation et m'en avait volé cinq ou six. (Camille Habert de Ginestet, Au Soudan: Excursion dans l'ouest africain, Paris : chez Delagrave, 1798, page 168)
    • Imbécile de Grubb, – maugréait-il, fouillant en vain ses poches. – Il avait bien besoin de garder ma boîte… avec sa maudite habitude de vous « faire » vos allumettes. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 89 de l’éd. de 1921)
    • Autrefois, dit Léone, quand il n'y avait pas de banques, les équipages se regroupaient dans un bistrot comme celui-ci. Ils confiaient à la patronne tout leur argent, toutes leurs factures que celle-ci rangeait dans de grandes boîtes à biscuit. (Jean Failler, Marée blanche: Au pays des pêcheurs bretons, Éditions du Palémon, 2016, chap. 3)
  2. (En particulier) Boîte de conserve.
    • La harka savait nomadiser. Dix fois plus mobile qu’une troupe métropolitaine, plus souple, elle pouvait rester en opération trois ou quatre jours avec une galette de pain et trois boîtes de sardines. (Bachaga Boualam, Les Harkis au service de la France, France-Empire, 1963, p. 171)
    • […] les jours de grande pluie, nous lancions sur les flots tumultueux des caniveaux le cuirassé « Suffren » fait d’une boîte à sardines, marque « À la Rose », le couvercle spiraleux disposé comme une voile […] (Robert Collin, Les Bassignots, vol. 1, éd. Champagne, 1969, p. 124)
  3. (familier) Lieu de travail ; entreprise.
    • Au bout d’une vingtaine de mètres, il s’arrêta devant un restaurant, une boîte à bon marché, et nous invita à entrer avec lui, histoire de manger et de boire un peu. (Henry Miller, « L’Ancien Combattant alcoolique au crâne en planche à lessive », dans Max et les Phagocytes, traduction par Jean-Claude Lefaure, éditions du Chêne, 1947)
    • Mlle Evelyne Verjois est convoquée demain à la boîte à dix-sept heures et je ne pense pas qu'elle nous quitte sans nous avoir donné le nom de son mystérieux cavalier. (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors (roman), ch. IX, Série noire, Gallimard, 1956, p. 87)
  4. (ellipse) (familier) Boîte de nuit ; discothèque ; cabaret.
    • Durant quatre ans, Vigneault assume le rôle d’animateur de cette boîte qui accueille les premiers chansonniers québécois dont Raoul Roy, Clémence Desrochers, Pauline Julien, Hervé Brousseau, Jean-Pierre Ferland, Claude Gauthier, […]. (Histoire de Québec et de sa région, sous la direction de Marc Vallières & ‎André Charbonneau, Presses de l'Université Laval,, tome 1, 2008, page 1935)
    • Certes, je n'étais pas une sainte car, de mon coté, le mariage me servait à m'émanciper et, Denis étant en mer, j'en profitais pour aller danser en boite avec mon amie Béatrice, flirtant un peu avec des jeunes gens qui me plaisaient […]. (Emma Schubert, A l’ombre de ma mémoire, Société des Écrivains, 2009, page 52)
    • Audrey ayant le permis de conduire et une voiture, nous allions au cinéma ou sortions en boîte à La Scala, une discothèque parisienne. C'était la belle vie. (Lucie Decosse, Je suis restée debout, avec Brice Perrier, Éditions du Moment, 2015, chap. 3)
  5. (pyrotechnie) Espèce de petit mortier de fonte ou de fer, qu’on charge de poudre, qu’on bouche ensuite d’un tampon de bois et auquel on met le feu.
    • La flamme à parachute consiste en une boîte légère, ouverte d'un côté, et remplie d'une composition pour flamme, attachée à un parachute qui doit la soutenir en l'air. (Cours abrégé d'artifices contenant la confection, la réception, la conservation et la démolition des munitions et artifices de guerre ; suivi de: Notions sur les artifices de joie, Éditions Levrault, 1850, p 379)
  6. (vieilli) (analogie) Tout dispositif où entre et joue une pièce mobile, comme, par exemple, la douille qui emboite la mèche d’un vilebrequin ; la mortaise qui maintient le crochet de fer d’un établi, etc.
    • La boîte de roue n, en fonte ou en fer forgé, est percée pour recevoir la fusée qui doit y entrer très-juste, excepté à l'endroit de l'échancrure o pratiquée dans toute la circonférence intérieure et formant réservoir d'huile : le bout de la boîte est hermétiquement fermé […]. (« Brevet d'importation de cinq ans, en date du 24 mars 1842 (déchu par ordonnance du roi, le 28 novembre 1844), à madame veuve Kleag, aux Batignolles, pour des essieux perfectionnés », dans Description des machines et procédés spécifiés dans les brevets d'invention, de perfectionnement et d'importation, dont la durée est expirée, Paris : chez Madame Veuve Bouchard-Huzard, 1845, tome 55, page 220)
  7. (ellipse) (familier) Bouche.
    • « Non, mais écoutez-le ! Que diable ça vous regarde-t-il ? Fermez votre boîte à double tour, vous, c’est tout ce que je vous demande, et c’est ce que vous avez de mieux à faire. » (Knut Hamsun, La Faim, traduction de Georges Sautreau, 1961, p. 256)
  8. (familier) (argot) Très mauvaise note.
    • Armel est vénère parce qu’il s’est encore pris une boîte en dissert, mais bon, il branle rien, aussi.
  9. (familier) (argot) Cercueil.
    • Les garçons font du commerce / Et deviennent pères de famille / Ils bâtissent des nouvelles boîtes / Petites boîtes toutes pareilles / Puis ils règlent toutes leurs affaires / Et s'en vont dans des cimetières / Dans des boîtes faites en ticky-tacky / Qui sont toutes toutes pareilles (Graeme Allwright, Petites boîtes)
  10. (Argot militaire) Salle de police.

traductions
traductions
forme fléchie

boîte \bwat\ ou \bwɑt\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de boîter.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de boîter.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de boîter.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de boîter.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de boîter.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.022
Dictionnaire Français