germe
étymologie
Du latin germen.

nom

SingulierPluriel
germegermes

germe \ʒɛʁm\ masculin

  1. (biologie) Rudiment de tout être organisé, végétal ou animal.
    • Enfin, dans tous les groupes étudiés jusqu’ici, l’individualité de chaque être se manifeste dès la première apparition du germe, dès les premiers rudimens de l’œuf, et persiste pleine et entière jusqu’à la mort. (Jean Louis Armand de Quatrefages de Bréau, Les Métamorphoses et la généagénèse, Revue des Deux Mondes, 2e période, tome 3, 1856 (pp. 496-519))
  2. (familier) Partie compacte et glaireuse qui se trouve dans l’œuf.
  3. (botan) Ovaire, partie de la fleur qui devient le fruit lorsque la fécondation s’est opérée.
    • Le germe est ordinairement à la partie inférieure du pistil.
  4. (familier) Partie de la semence dont se forme la plante.
    • Le germe du blé. — Le germe du gland, de l’amande, etc.
  5. (Par extension) Partie d’une racine bulbeuse ou tubéreuse, ou d'un rhizome qui produit une nouvelle plante.
    • Le germe d’un oignon. — Une pomme de terre a ordinairement plusieurs germes.
  6. (Par extension) Première pointe qui sort d’une graine, d’une bulbe, etc., lorsqu’elle commence à pousser.
    • Les fourmis rongent le germe du blé.
  7. (Figuré) Principe, cause, origine de quelque chose.
    • Sa Politique rationnelle, publiée en 1831, a plus de lecteurs aujourd'hui qu’alors, parce qu'elle contient en germe toute sa vie publique. (Discours de M. Paul Deschanel à l'inauguration du monument Lamartine à Bergues le 21 septembre 1913, Paris : Charpentier & Fasquelle, 1913, p. 9)
    • Cet amour vague et sans espoir, conçu pour une femme de théâtre, qui tous les soirs me prenait à l'heure du spectacle, pour ne me quitter qu'à l'heure du sommeil, avait son germe dans le souvenir d'Adrienne, fleur de la nuit, éclose à la clarté de la lune... (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Sylvie, 1854)
    • Chacun de nous possède en lui le trésor du germe de l'amour de Dieu. (Robert Henckes, Au rendez-vous de Cana, éditions Fidélité, Namur, 1999, p. 60)
  8. (microbiologie) Micro-organisme ayant une action nuisible ou pathogène, comme une bactérie, un virus, un champignon.
    • Les uns admettent que l'atmosphère transporte les germes du corps vibrionnaire; les autres pensent, au contraire, que ces germes se forment spontanément dans la matière fermentescible. (E. Boutmy, « Fermentation », dans le Dictionnaire universel d'histoire naturelle, dirigé par Charles d'Orbigny, 5e éd., tome 5, Paris : au bureau de l’éditeur, 1867, p. 86)
    • Ses soupçons se portèrent sur l’eau, véhicule naturel des germes contagieux. (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • À Mogador, nouvelle relâche, […]. C’est là qu’ils embarquèrent la Mort Pourpre, et ils remirent à la voile en emportant les germes pestilentiels. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 419 de l’éd. de 1921)

traductions
  • anglais : germ (2,3,4) ; sprout (5: première pointe qui sort d’une graine)
  • espagnol : germen

forme fléchie

germe \ʒɛʁm\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de germer.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de germer.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de germer.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de germer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de germer.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.008
Dictionnaire Français