route
étymologie
Du latin populaire rupta issu de rumpere (« briser ») : le français dit « marcher dans les brisées de quelqu’un », on dit aussi « être rompu aux affaires » dans un sens peu différent de « avoir de la route, de l’expérience ». « Déroute » est issu du sens de « route » en ancien français : « défaite », aussi dans la ligne de la rupture latine.
L’espagnol a rumbo (« route maritime, cap »). voir rhumb, rumb
D’autres penchent vers une étymologie celte et préromaine et rapprochent le mot de rod (« trace » en écossais), ronden en breton ou rodh en irlandais (tous deux : « chemin »).

nom

SingulierPluriel
routeroutes

route \ʁut\ féminin

  1. Voie praticable par les voitures en dehors des agglomérations.
    • À l’encontre des autres routes d’Europe, celles du Royaume-Uni n’avaient jamais été soumises à aucun essai organisé de redressement et d’aplanissement, et c’est à cela sans doute qu’il faut attribuer leur caractère pittoresque. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 47 de l’éd. de 1921)
    • Dans l’intérieur, qui paraissait impraticable, des routes se sont miraculeusement ouvertes, parcourues aussitôt par des automobiles. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • On déserte surtout les endroits inaccessibles […] Il faut donc s’attacher à les rendre d’un abord plus facile en multipliant partout, entre les villages et les hameaux, les petites routes. (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • La vieille route est une fondrière que sauf le « piéton », porteur de la gazette ou de lettres, nul étranger n’emprunte plus… (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Ainsi sur les 93 kilomètres de route nationale, seuls les 23 de la récente RN3 sont en excellent état ; les autres ne sont maintenus dans un état circulable qu’au prix d’un entretien lourd et dispendieux. (Guy Fontaine, Mayotte, Karthala Éditions, 1995, page 156)
  2. (Au singulier) Ensemble de ces voies.
    • La route et le rail. — Le code de la route.
    • Venir à Paris par la route, y venir en voiture, en automobile, par opposition à la voie ferrée ou à la voie aérienne.
  3. Grande allée percée dans un bois, dans une forêt, pour la commodité du charroi, de la chasse, de la promenade, etc.
    • Les routes de telle forêt.
    • On a ouvert plusieurs routes dans la forêt.
    • On a percé une route dans ce bois.
  4. Direction qu’on suit ou qu’on peut suivre, par terre, par mer (cap) ou par les airs, pour aller en quelque lieu.
    • Christophe Colomb, on le sait, lorsqu’il aborda en Amérique, crut avoir atteint les Indes par une nouvelle route maritime et nomma en conséquence « Indiens » les premiers habitants qu’il rencontra. (René Thévenin & Paul Coze, Mœurs et Histoire des Indiens Peaux-Rouges, Payot, 1929, 2e éd., p. 13)
    • Nous traversons la Thur. Voici Moosch, où notre guide se trompe de chemin pour la première fois et nous met sur la route du ballon de Guebwiller. (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace - Août 1914, 1916)
    • Un magnifique paquebot danois, le « Oscar II », couvert de monde, nous rattrapa et changea de route pour passer à proximité de Rockall. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Au-dessus de ma couchette est une boussole à carte renversée et, lorsque mon navire se gouverne lui-même et que je me repose, je n’ai qu’à ouvrir les yeux pour savoir la route qu’il suit. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • À 11 heures, nous devons descendre au ras de la mer ; une masse nuageuse nous barre la route ; elle est beaucoup trop élevée pour être survolée. (Jean Mermoz, Mes vols, Flammarion, 1937, p. 85)
    • Nous suivons toujours la route qui nous avait menés à Sokhrat Ed-Djeja, il y a près d'un mois. Mais la campagne, verte et fleurie, est infiniment plus jolie qu’alors. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 120)
    • La route de tel lieu à tel autre est bonne, mauvaise, dangereuse, peu sûre, etc. : Se dit en parlant de l’état bon ou mauvais d’une route, des dangers qu’on peut y courir.
    • (marine) Faire fausse route : Se détourner de la route qu’on avait prise et en prendre une différente, pour se dérober à la poursuite d’un ennemi. S’écarter de son droit chemin sans le vouloir, se fourvoyer. Se tromper dans quelque affaire, employer des moyens contraires à la fin qu’on se propose.
  5. Action de cheminer, de voyager.
    • Il y a quinze jours qu’ils sont en route, qu’ils se sont mis en route.
    • Allons, en route !
    • Il est resté en route.
    • Nous avons fait route ensemble.
    • Interrompre sa route.
    • Reprendre sa route.
    • Indemnité de route : Somme allouée à un soldat qui a un voyage à faire.
    • Chanson de route : Chanson que l’on chante en cheminant, en marchant.
  6. Parcours des astres, des eaux, etc., se dirigeant d’un point vers un autre.
    • La route du soleil.
    • Ce fleuve se grossit sur sa route d’une infinité de petites rivières.
  7. (Figuré) Conduite qu’on tient pour arriver à quelque fin, les moyens qui y mènent.
    • Il a pris la bonne route pour arriver à son but.
    • La route qu’il a choisie ne le mènera pas à la fortune, ne le conduira pas à la gloire.
    • Il s’est engagé dans une route où il ne peut que s’égarer.
    • On lui a tracé, on lui a marqué sa route.
    • La route qu’il prend pour arriver à ses fins est la plus aisée, la plus courte, la plus honorable, la plus sûre.
    • La route des dignités, des honneurs.
    • La route de la vertu.
    • La route du ciel.

traductions
traductions
traductions
traductions
traductions
forme fléchie

route \ʁut\

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de router.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de router.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de router.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de router.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de router.



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.016
Dictionnaire Français