tronc
étymologie
(XIIe siècle) Du latin truncus.

nom

SingulierPluriel
tronctroncs

tronc \tʁɔ̃\ masculin

  1. (botanique) (foresterie) (jardinage) Corps d’un arbre, tige considérée sans les branches.
    • Il n’y a pas jusqu’à ces pâles oliviers dont l’aspect n’ajoute à l’austérité du paysage. La plupart ont éclaté par le milieu, le tronc s’est effondré, l’arbre s’est séparé en morceaux […] (Hippolyte Taine, Voyage en Italie, vol. 2, 1866)
    • On vient d’abattre à Lyon un platane géant. Cet arbre cubait près de 12 mètres et le tronc seul pesait 19540 kilogr. (Bulletin de la Société royale forestière de Belgique, volume 15, 1908, page 224)
    • […] et déjà nous accostions à l’estacade du bois de la Chaise, un bois de pins tristes et d’yeuses superbes, aux troncs tordus, au feuillage presque noir. (Octave Mirbeau, Notes de voyage, dans La Vache tachetée, 1918)
    • Constatez, docteur, la férocité inintelligente des propriétaires de cette forêt, voyez ces kilomètres d’abatis, sans un seul tronc debout… (Charles Le Goffic, Brocéliande, avec la collaboration d’Auguste Dupouy, La Renaissance du Livre, 1932, p. 46)
  2. (anatomie) Origine, partie principale d’un vaisseau, d’un nerf.
    • Le tronc d’une artère, d’une veine.
    • Tronc artériel, tronc veineux.
  3. (anatomie) Partie principale du corps d’un homme, d’un animal, sans la tête ni les membres.
    • À ce tronc si court sont attachés des membres d’une longueur gigantesque : l’enjambée faite est ainsi profitable à une marche fort rapide […] (Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, Quelques Considérations sur la Girafe, 1827)
    • D’un coup de rasoir, je lui coupai la tête, et le tronc, d’où un flot de sang s’échappait, gigota quelques secondes sur le parquet. (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
  4. (Géométrie) Partie comprise entre la base d’un cône, d’une pyramide, d’un prisme, et sa section par un plan.
    • Un tronc de cône, de pyramide.
  5. (architecture) Fragment d’un fût de colonne.
    • Tronc de colonne,
  6. (Généalogie) (Figuré) Ligne directe des ascendants et des descendants, d’où partent les branches ou lignes collatérales.
    • Ces deux familles sont de deux branches qui sortent du même tronc.
  7. (religion) Boîte, coffre de bois ou de métal posé ordinairement dans les églises et qui possède une fente pour recevoir l’argent des aumônes.
    • Cependant le nommé Ignace Mélisse étoit accusé, le 26 mai, devant la cour d'assises de l'Ain, d'avoir volé, à l'aide d'une baguette imprégnée de glu , l'argent qui se trouvoit dans le tronc de l'église de Saint-André-de-Corcy. (L'Ami de la religion et du roi: journal ecclésiastique, politique et littéraire, du samedi 13 juin 1835, p.582)
    • ''Nous voilà rendus aux jésuites,/>Aux Mac-Mahon, aux Dupanloup./>Il va pleuvoir des eaux bénites,/>Les troncs vont faire un argent fou. (Jean-Baptiste Clément, La Semaine sanglante'', 1871)

synonymes
boîte pour recueillir l’argent
  • tronc d’église

traductions
traductions
traductions
traductions
  • anglais : (tree) trunk (1), trunk, section (4: (Géométrie) tronc d'un cône = conic section), frustum (4)
  • russe : туловище (3)



Ce texte est extrait du Wiktionnaire et il est disponible sous licence CC BY-SA 3.0 | Terms and conditions | Privacy policy 0.017
Dictionnaire Français